jeudi 15 juillet 2021

Etoile Jaune des Non-Vaccines

 

Etoile Jaune des Non-Vaccines

 

Ceux qui refusent le pass sanitaire portent une étoile jaune, semblable à celle que les nazis ont imposé aux juifs.

 



 

 

Cela a suffi pour provoquer la fureur de nombreux journalistes, politiciens, ou simples citoyens qui y trouvent une banalisation du nazisme et une insulte à la mémoire des victimes.

 

Pourquoi tant de colère ?

 

De mon point de vue, le respect des victimes de guerre et de révolte passe par le respect de nos droits et libertés. Dénoncer des abus et défendre nos droits constitutionnels sont des actes sains et légitimes. Je n'y vois pas d'affront mais un avertissement, un rappel de l'histoire. C'est important de ne pas oublier et ne pas reproduire ces horreurs.

 

Mais il y a plus.

 

Ce que nous voyons, c’est la réaction des services sionistes aux ordres d’Israël.

 

La propagande sioniste veut avoir le monopole de la souffrance, et donc un droit exclusif sur le symbole de cette souffrance.

 

L’étoile jaune est devenue une marque déposée, à l’usage exclusif du CRIF, BNVCA et autres officines qui instrumentalisent la Shoah et l’antisémitisme pour assurer une défense inconditionnelle d’Israël et le dédouaner du génocide des Palestiniens.

Antisémitisme ; ce rayon paralysant suppose réduire au silence toute personne qui oserait parler de ses souffrances comme un moyen de la détruire

 

L'étoile jaune a été un marqueur qui a été utilisé pour discriminer les juifs. Il parait que lors de l’épidémie de peste, on accrochait une cloche au pied des pestiférés, pour que la population les évite. En Egypte, le sultan avait ordonné de suspendre une croix en bois de 5 livres au coup des Coptes (la corde qui soutenait la croix provoquait des hématomes à l’endroit des cervicales, ce qui fait que jusqu’à ce jour, on surnomme les Coptes « os bleu »). En Iraq et en Syrie, la lettre « n » (Noun pour Nazareth) était inscrite sur la porte des maisons des chrétiens là où DAESH sévissait, il n’y a pas longtemps.

 

La propagande sioniste veut avoir le monopole de la souffrance, et donc un droit exclusif sur le symbole de cette souffrance. Des que cette exclusivité risque d'être mise en cause, les officines sionistes convoquent la souffrance éternelle des juifs depuis la nuit des temps, la Shoah, le devoir de mémoire et met en œuvre le rayon paralysant du chantage à l'antisémitisme.

 

A tel point que lors de la marche contre l'islamophobie, certains ténors du CRIF se sont insurgés contre les manifestants qui portaient une étoile verte, à 5 branches, sur laquelle il y avait marqué "musulman" en les accusant d'outrage à la mémoire des juifs persécutés par les nazis

 

Comment ont-ils osé faire allusion à la souffrance unique et éternelle en arborant « une étoile ! »

 

Non, les juifs n'ont pas le monopole de la souffrance, des dizaines de peuples ont subi souffrances, répression et génocides, et l'étoile jaune est un symbole universel de la souffrance que toute personne qui se sent discriminée est en droit d'arborer.

 

L'étoile jaune n’est pas une marque déposée à l'usage de la propagande sioniste

 

 

 

 

 

 

vendredi 24 janvier 2020

Macron a Jérusalem pour commémorer la Shoa




Aux Invalides, Emmanuel Macron « s'incline » devant le « sacrifice » des 13 soldats morts au Mali, mais il ne fait pas de signe de croix. Laïcité oblige

Idem devant le cercueil de Johny Hallyday. Laïcité oblige.

Il ne souhaite ni joyeux Noel ni bonne année aux français. Laïcité oblige.

Par contre, pour faire allégeance au CRIF et aux criminels de guerre qui gouvernent, il se prosterne avec Meyer Habib, députe d’Israël en France, il s’affuble d’une kipa et se livre à des gesticulations et des simagrées lamentables devant le mur des lamentations.
Vassalité oblige.

Et ce minable vaniteux a l’arrogance de nous donner des leçons de laïcité.











lundi 11 novembre 2019

Le monopole de la pleurniche mémorielle se mobilise



Le monopole de la pleurniche mémorielle se mobilise
Tarek EZZAT

Ah! On a trouvé une fille avec une étoile jaune dans la manifestation contre l'islamophobie!

Et une vingtaine de bonhommes ont scandé "Allahu Akbar" !
 
 Le monopole de la pleurniche mémorielle est en danger. Il fallait le sauver.

Toute la droite raciste et/ou sioniste sonne la charge ; depuis Bruno Jeudy, à BFM-WC de Alain Weil, qui a recruté le repris de justice Marc Olivier Fogiel, à CNews de Bolloré qui a recruté  Eric Zemmour, grand théoricien du racisme, en passant par de nombreux partisants de Macron et sa mafia.

Alors, monsieur Jakubovicz nous dit sur twitter « S’il devait par malheur advenir que cette petite fille risque un jour de terminer sa vie dans une chambre à gaz je serais prêt à sacrifier la mienne pour le lui éviter. Mais aujourd’hui cette photo est à vomir et ceux qui l’ont affublée de cette étoile se sont déshonorés »


Mais pourquoi ce grand humaniste ne s’est pas proposé pour sacrifier sa vie pour éviter la mort à Razan al-Najjar, infirmière palestinienne de 21 ans, a été tuée par un soldat israélien alors qu'elle portait l'uniforme des personnels de santé.



Il paraît qu’Israël a promis une enquête … elle en est où cette enquête ? Pourquoi ce brave homme prêt à sacrifier sa vie pour défendre une gamine innocente ne va-t-il pas en Israël pour savoir ce qui se passe ?

Il y a aussi la LICRA, et son vice-président, Antoine Spire qui trouve odieux de faire une comparaison entre le racisme d’état des années 1930 et la superbe tolérance dont bénéficient ces salauds de musulmans qui osent se plaindre de nos jours.

Eh bien oui, messieurs, la comparaison n’est pas seulement « compréhensible », comme le dit la sénatrice Esther Ben Bassa, elle est aussi justifiée.

Comme une photo vaut mieux qu’un long discours, vous trouverez ci-dessous quelques photos comparatives qui vous rafraîchirons la mémoire.

C’est vous qui vous êtes déshonorés. Mais on le savait depuis longtemps.